CONDUITE APRES USAGE STUPEFIANTS

Contrôle routier pour la recherche des conduites addicitives En 2017, les stupéfiants sont impliqués dans

Evolution des décès avec implication des stupéfiants
1957 accidents corporels et mortels (-78 par rapport à 2016),
et ont provoqué

494 décès (+6 par rapport à 2016),

l'hospitalisation de 1793 blessés (-140 par rapport à 2016).

Pour comprendre l'impérieuse nécéssité de lutter contre la conduite après avoir fait usage de produits stupéfiants, il faut connaître la réglementation, les risques et les conséquences encourus.

La législation en France,
Les contrôles des Forces de l'ordre,
Qui peut être dépisté ?,
Le dépistage urinaire,
Le dépistage salivaire,
Les sanctions,
Les conséquences sur l'assurance,
Les accidents avec mise en cause des stupéfiants,
Notre sensibilisation sur conduite et stupéfiants,

La législation sur la conduite et les stupéfiants

Les stupéfiants sont recherchés dans les accidents depuis 2003 .

Les produits et les plantes sont classées substances stupéfiantes par l'article L 5132-7 du Code de la Santé Publique.

Pour les produits ou plantes classés stupéfiants, il n'existe aucun taux légal en France, peu importe la quantité de produits détectés lors de l'analyse sanguine.

En effet conformément à la loi, il est interdit d'acquérir, de transporter, de détenir, céder même à titre gratuit et de faire usage de produits ou plantes classés stupéfiants.

La conduite d'un véhicule après avoir fait usage de produits ou de plantes classés stupéfiants est un délit.

Les contrôles par les forces de l'ordre

L'Article L.235-2 du code de la route prévoit les cas de contrôles :

Simulation d'accident lors d'une action de prévention du risque routier

SYSTEMATIQUEMENT en cas d'accident mortel de la circulation routière

POSSIBLE s'il existe une ou plusieurs raisons plausibles de soupçonner qu'il a été fait usage de stupéfiants :
- en cas d'accident corporel de la circulation routière,
- en cas d'accident matériel de la circulation routière,
- en cas de commission d'infraction (pouvant entraîner une mesure de suspension du permis de conduire, non port ceinture de sécurité ou du casque de protection ou dépassement de la vitesse maximale autorisée.

Contrôle routier par un motocycliste de la Gendarmerie

Même en l'absence d'infraction, sur initiative de l'OPJ s'il existe une ou plusieurs raisons plausibles de soupçonner qu'il a été fait usage de stupéfiants

Qui peut être contrôlé

Peut faire l'objet d'un contrôle de stupéfiants, le conducteur d'un véhicule
Vélo,
Voiture,
moto,
cyclo,
quadricycle ou tricycle à moteur.

Apprentissage anticipée de la conduiteP
l'accompagnateur

l'enseignant à la conduite, moniteur auto école,

l'accompagnateur pour la conduite accompagnée ou supervisée,

Le dépistage urinaire

dépistage salivaire  de stupéfiants DRUGWIP Le dépistage URINAIRE est limité aux conducteurs impliqués dans un accident immédiatement mortel de la circulation routière.

Son emploi est limité au médecin dans un cabinet médical ou dans un centre hospitalier. Les traces de stupéfiants sont détectés plus longtemps après usage.

En cas de négativité, les vérifications sont interrompues.

En cas de positivité, le conducteur subit un examen clinique et un prélèvement sanguin. Dès lors, le permis de conduire fera l'objet d'une mesure de rétention du permis de conduire

Le dépistage salivaire

dépistage salivaire  de stupéfiants DRUGWIP Le dépistage SALIVAIRE est effectué sur les lieux de constatation de l'infraction par l'Agent ou l'Officier de Police Judiciaire.

Pour le dépistage DRUG WIPE 5S moins de 10 minutes sont nécessaires pour obtenir un résultat.

En cas de test négatif , les vérifications sont interrompues.

La procédure actuelle


En cas de test positif , le conducteur est conduit dans un hôpital ou un cabinet médical pour subir un examen clinique et un prélèvement sanguin. Dès lors, le permis de conduire fera l'objet d'une mesure de rétention du permis de conduire

La nouvelle procédure

Depuis le premier janvier 2017,si la personne contrôlée refuse à son droit de demander une contre analyse, les Forces de l'Ordre employerons un prélèvement salivaire de confirmation réalisé directement sur les lieux de constatation de l'infraction qui sera analysé par un laboratoire agréé.

Les sanctions

Depuis 2013, le nombre de délit pour conduite après avoir fait usage de stupéfiants ne cesse d'augmenter de manière significative.

Les sanctions :
4500 euros d'amende maximum,
2 ans d'emprisonnement maximum,
suspension ou annulation du permis de conduire,
obligation de suivre un stage de sensibilisation à la sécurité routière.

Pour une conduite après avoir fait usage de stupéfiants est conjuguée avec un taux d'alcoolémie égal ou supérieur à 0.25 mg/lae:
9000 euros d'amende,
3 ans d'emprisonnement.

En 2015, 6968 procédures + 21.5% sont établies pour conduite sous l'emprise de l'alcool et après avoir fait usage de produits stupéfiants.enregistrés.

Les conséquences sur l'assurance

Présentation de l'assurance lors d'un contrôle routier


L'assureur peut légalement dénoncer le contrat d'assurance avoir fait usage de produits stupéfiants.

Photo d'illustration - véhicule accidenté
Si vous êtes responsable d'un accident avec implication de stupéfiants, votre assureur peut
majorer votre côtisation dans la limite de 150 % s'il n'y a pas d'autres infractions sanctionnées, ou 400 % en cas d'infractions multiples (délit de fuite par exemple)
résilier votre contrat , moyennant un préavis d'1 mois.

Photo d'illustration - véhicule utilitaire léger
Si le véhicule appartient à l'entreprise, en cas de conduite après avoir fait usage de stupéfiants, la compagnie d'assurance ne prendra pas en charge les réparations ou le remboursement.


L'employeur est en droit de demander le remboursement des dommages au salarié alcoolisé impliqué dans l'accident.

Les accidents avec stupéfiants

Evolution des décès avec implication des stupéfiantsLes stupéfiants sont impliqués dans
1957 accidents corporels et mortels (-78 par rapport à 2016),
et ont provoqué

494 décès (+6 par rapport à 2016),

l'hospitalisation de 1793 blessés (-140 par rapport à 2016).

Conducteurs positifs aux stupéfiants- Source Bilan Sécurité Routière 2017 Les conducteurs contrôlés positifs aux stupéfiants dans les accidents mortels sont âgés de :

18-24 ans =23%,(-9% par rapport à 2016),

25-34 ans =21%, (-16% par rapport à 2016),

35-44 ans =15%, (-5% par rapport à 2016) .

 Source Bilan Sécurité Routière 2017 Dans les accidents mortels, sont contrôlés positifs aux stupéfiants :

28% des cyclomotoristes, (-1% par rapport à 2016),

18% des motocyclistes, (idem à 2016),

14% des automobilistes,(idem à 2016),

11% des conducteurs de Véhicules Utilitaires,(+3% par rapport à 2016),

3% de conducteurs de Poids Lourds,(-2% par rapport à 2016).

Nos inteventions sur les stupéfiants

Formation sur les stupéfiants au volant Prev2r vous propose des modules de prévention sur les stupéfiants :

Les bornes tactiles,

Module d'information,

Session de 45 minutes,

Session d'une heure,

Session de 2 heures

Contact

Prev2R
7 impasse des Chênes
72160 Sceaux-Sur-Huisne

Tel: 06.01.92.21.89
RCS LE MANS N° 800.668.014

Newsletter

Nous suivre